tél. : 04 94 30 03 13

Prochaine RNPCA 16 & 17 janvier 2016

La prochaine Rencontre Nationale des Producteurs et Coordinateurs en AMAP aura lieu les 16 & 17 janvier 2016  près de Nantes au lycée REIFFEL à St HERBLAIN. Invitations et programmes seront publiées prochainement.

Autour de la Fête de l’Agriculture Paysanne du 6 juillet 14 à Loos-en-Gohelle

Invités par le Réseau régional Nord Pas-de-Calais

DSCF1231Daniel et Denise ont eu l’occasion d’aller à la rencontre d’une dizaine d’AMAP de la métropole lilloise, de l’Avesnois/Valenciennois et de l’Artois et du grand public convié aux différentes conférences organisées pour l’occasion. Tout comme il existe des médecins de famille, Denise et Daniel Vuillon voient les paysans amapiens comme les «  maraîchers ou fermiers de famille », un clin d’œil à Hippocrate « Que ton aliment soit ton médicament ».

Développement des AmapDSCF1205

Pendant ces deux journées, riches de partage et d’échanges conviviaux, il fut beaucoup question des conditions de vie et de travail des maraîchers et du développement économique des AMAP. Comme lors de chacun de leur déplacement en France pour essaimage, les Vuillon ont rappelé les basiques du fonctionnement et de l’éthique du mouvement amapien. Daniel Vuillon a présenté le contexte mondial de l’agriculture et souligné l’enjeu majeur des AMAP : enrayer la précarité des producteurs, le maintien de l’agriculture paysanne et la préservation des terres (en 20 ans, 3 paysans sur 4 ont disparu) :
notion d’engagement réciproque, de partenariat entre mangeurs et producteur
aspect humain de cette forme d’échange à préserver et à développer
favoriser les rencontres de paysan à paysan pour échanger sur les pratiques et les difficultés du métier
nécessité d’essaimer pour développer le nombre de mangeurs
entretenir l’éthique du mouvement face aux difficultés telles que la menace sur les terres via l’urbanisation et l’action de grands groupes industriels détournant nos principes (réseau de magasins O’Terra…)

DSCF1228Des témoignages encourageants de jeunes producteurs en AMAP

Denise Vuillon fut, elle, agréablement surprise et touchée par les témoignages partagés lors de ces rencontres, des récits de vie racontant les expériences humaines et professionnelles des nombreux maraîchers installés en AMAP grâce au soutien des mangeurs. « Ce sont des témoignages forts qui donnent envie de continuer, raconte-t-elle. J’ai été frappée par le nombre de reprises de fermes dans votre région par des jeunes maraîchers et maraîchères, c’est un point très positif et encourageant pour l’avenir. C’était fort aussi d’entendre les mêmes témoignages et de percevoir les mêmes émotions que lors de la création des toutes premières AMAP en France. Ainsi, cette productrice qui disait d’une amapienne récemment disparue « On lui doit tout ». J’aimerais encore rappeler que l’histoire des Amap, ce fut d’abord celle d’un couple de producteurs cherchant une solution économique pour survivre. Le maintien de l’agriculture paysanne est donc une priorité à souligner pour éviter les dérives car les Amap ne sont pas simplement des groupements de consommateurs à la recherche d’une alimentation saine. L’implication professionnelle du paysan dans le fonctionnement de l’AMAP est primordiale. Ceux qui réussissent sont ceux qui ont compris l’enjeu. Pour conclure, je dirais aussi que tout(e) jeune maraîcher(e) en installation devrait être accompagné(e), parrainé(e) car l’organisation du maraîchage en AMAP est spécifique. Savoir combien faire de plants pour la récolte d’une saison ne s’improvise pas. Cette expérience, ce savoir-faire existent et doivent circuler, se transmettre. Sans faire de pub pour notre livre*, nous avons rédigé des fiches très utiles avec des ratio représentatifs des besoins en culture pour les AMAP. Un dernier point également, il me semble essentiel que les structures régionales de représentation des AMAP soient toutes paritaires, c’est à dire un paysan – un amapien. »

* « L’Histoire de la Première AMAP » par Denise VUILLON, Ed. l’Harmattan

Nouvelles des AMAP en Nouvelle Calédonie

AMAP en tribu

La jeune femme sur les photos qui suivent à fait un stage de 3 jours chez mon référent AMAP Fred. Il y a maintenant 3 sessions de 3 jours de formations tous les ans chez Fred (en espérant pouvoir développer, avec des partenaires des systèmes plus long d’apprentissage chez le paysan, dans le principe de l’essaimage).
Elle commence de magnifiques paniers.
J’ai juste fait du lien et ils vont faire le leur. J’étais ému de ce petit moment autour de bons produits de la terre.

Laurent

Amap en tribu 8production partagéeAmap en tribu 2Amap en tribu 6Amap en tribu 1

Amap en tribu 7Amap en tribu 3Amap en tribu 4

Présentation de la part de récolte

La lettre des producteurs en AMAP : Daniel et Sylvie Boitelle, 3 AMAP

La lettre des maraîchers en AMAP : très sympa

AMAP DE LA TONNELLERIE   – AMAP DU BOIS FAYS  – AMAP « LE PANIER DES SAVEURS »

Bonjour.

On commence cette semaine en sentant un fléchissement des températures. Hier matin on avait l’impression qu’il y avait un peu de neige collée sur les arbres, mais non juste de la gelée. Et il avait bien gelé !
On ne va pas se plaindre d’avoir un peu de froid. Cela va tuer les nuisibles, déjà microscopiques et ensuite ceux qui pourraient rester en dormance et faire des dégâts dans quelques mois. Malheureusement pour les arbustes qui ont cru que le printemps arrivait, cela risque de les surprendre.
Ce fut une semaine très routinière même si le travail ne manque pas.
Pour info, il reste encore toutes les bâches à ôter des serres pour les préparer aux premiers repiquages prévues mi février.
Ensuite, aucun labour n’a été fait, manque de froid. Du coup les terres ne sont pas prêtes pour les premiers semis qui se feront fin février, début mars. Sans compter que l’on ne peut apporter le fumier, les vinasses si la terre ne durcit pas.
Bref, si ces températures en ont enchanté quelques uns, elles nous mettent en retard sur notre planning de travail.
Alors un peu d’hiver que diable, et que nous ayons de quoi nous occuper !!!!!!
Comme si ce n’était pas le cas. Vous l’aurez compris je blague.
Nous allons préparer notre prochaine année avec on espère des nouveautés dans les paniers. Pas forcément en terme de légumes à proprement parlé, non, car nous n’arriverons toujours pas à faire pousser des ananas ici, mais en terme de variétés. On essayera dès que l’on peut de faire quelques choses de nouveau. Pour le moment on étudie les catalogues à la recherche de la variété de légume qui pourrait vous étonner. Cela devient de plus en plus difficile, mais qui sait ?
En attendant, je vous souhaite une bonne semaine. Et j’espère que vous vous régalerez avec tous ces bons légumes.
Notre petite fille de 22 mois est, tous les jours, fière de dire à la crèche qu’elle a fini tous les légumes de son papy d’amour.

 Sylvie et Daniel

 

DEFENDRE L’AGRICULTURE PAYSANNE

Daniel et Denise Vuillon seront présents pour défendre les producteurs en AMAP contre le harcèlement des semenciers de l’agro industrie.

RASSEMBLEMENT MERCREDI 15 JANVIER 2014 entre 14h et 14h30

devant le siège de la DDPP Direction Départementale de la Protection des Populations (ex DGCCRF)
Centre Administratif des Lices
98 rue Montebello à TOULON

Suite à la RNPA Borgo 14 15 dec 2013

Des remerciements à transmettre de la part de tous,  

au personnel du Civambio Corse :  Elisabeth Offret,  Gilles Bénaouf,  Fabienne Emile,  Emilie Claudet et Thomas Formentin, au directeur du lycée agricole de Borgo et à son personnel, à Sylvie et Ariane pour la prise de note.
Merci à chaque participant producteur et consommateur pour la présentation d’actions citoyennes originales et efficaces en matière d’économie sociale et solidaire pour le maintien de l’agriculture paysanne.

Tout ces moments seront transcrits dans le compte rendu.
Denise

Des signes de sympathie après ces deux jours à Borgo.

Bonjour 
Encore merci pour cette rencontre, génial!
Et dire que je traînais des pieds pour venir, bon c’est vrai que maintenant c’est le speed avec ces 1000m² de serres à monter…
Remercie tous ceux qui ont œuvré à cette rencontre parfaite, je me souviens surtout de Sylvie, Gilles Bénaouf, Emilie, le directeur du lycée, merci à tous ceux là! –  Nicolas Aubouy – Haute Garonne

Merci de permettre ces rencontres. Se voir c’est se ressourcer. Odile de Haute Savoie

Un grand merci pour ces moments partagés – Ariane Mathieu – Corse

Bien rentré?
Super weekend. Pas facile à gérer tout ça. J’ai eu de bons échanges. Ça fait du bien. …Georgette Khorel –  Var

Encore pleins d’images dans la tête avec cette rencontre RNPA, cela donne du baume au cœur, pour continuer « nos colibris »dans l’essaimage des vrais AMAP.
Grand merci aux gentils organisateurs de ces 2ème RNPA à Borgo.  Patrice Hurel Loire Atlantique


2ème Rencontre Nationale des Paysans en AMAP (RNPA)

RNPA : lycée agricole de Borgo, les 14 et 15 décembre 2013

Suite à la première rencontre nationale des producteurs et coordinateurs en AMAP à Angers en janvier 2012 nous avions tous émis le vœu de reconduire cet événement. La recherche du lieu s’est faite en Corse en février 2013.

Vous êtes acteurs producteurs et consommateurs en AMAP ou en phase de l’être, ou pionniers de la première AMAP dans votre région, ou « essaimeur » de CREAMAP France.

Venez en binôme, avec un représentant consommateur.

Dans une situation de déprise agricole grave, l’AMAP a réussi l’exploit de nous maintenir.
Combien ne seraient plus producteurs aujourd’hui et combien de jeunes n’auraient jamais pu s’installer s’il n’y avait pas eu cette alternative économique.
Nous, producteurs nous avons su défier les lois du marché, du conventionnel, et nous adapter à la pratique de l’agriculture en AMAP et ses contraintes.
Nos consommateurs ont su nous faire confiance, s’engager dans la durée pour nous soutenir et partager aussi toutes les contraintes et nos difficultés.
Nous avons besoin de nous stimuler mutuellement, d’écouter de nouveaux témoignages et des expériences originales d’actions de solidarité et échanger avec d’autres agriculteurs et coordinateurs.

Nous aborderons le volet professionnel en AMAP : viabilité économique, pratiques agricoles, etc.

Pour assurer la pérennité de l’AMAP, nous évoquerons ensemble les solutions aux divers problèmes et nous encouragerons les jeunes producteurs nouvellement installés en AMAP qui seront présents.

Toutes les filières de productions en AMAP sont représentées à cette rencontre.

Vous pouvez encore proposer un sujet qui vous préoccupe.

Cette rencontre est possible grâce au :

  • LYCEE AGRICOLE de Borgo (entre le port et l’aéroport de Bastia).
  • Le CIVAM BIO Corse apporte le soutien logistique
  • CORSICAMAP : les personnes ressources des AMAP de Corse se portent volontaires pour participer à cette organisation.
  • CREAMAP Centre de Ressource pour l’Essaimage des AMAP à l’initiative de la rencontre, les remercie de nous donner cette possibilité de nous regrouper.

Téléchargez le formulaire d’inscription en cliquant sur le lien ci-dessous :

Formulaire de pré-inscriptin RNPA 2013

À remplir et à adresser à :

emilie.claudet@wanadoo.fr – ou par fax au Civam bio Corse au 09 70 60 01 63

Nous sommes nombreux à prendre le bateau, voyage de nuit, vendredi 13, départ de Toulon à 21h30 .

Qu’est-ce qu’une AMAP ?

AMAP : Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne est un partenariat producteur/consommateur contractualisé.
– Le consommateur s’engage à payer à l’avance le juste prix de la production, à partager les aléas de cultures et du climat.
– Le producteur s’engage dans la transparence à produire sainement,  sans engrais de synthèse, sans pesticide ni herbicide ni OGM.

 

Qu’est-ce que CREAMAP ?

CREAMAP : Centre de Ressources pour l’Essaimage des AMAP. C’est le réseau national des « historiques » producteurs, consommateurs créateurs des premières AMAP dans leur localité. Ils sont rejoints par tout acteur expérimenté prêt à s’investir bénévolement dans la transmission du concept, dans le respect et le partage des bases fondamentales pour la viabilité et la durabilité du concept.

 

Histoire du partenariat AMAP

Suite à la première crise d’insécurité alimentaire au japon, dans les années 1970, des mères ont mis en place le « TEIKEI » en s’engageant à payer à l’avance des producteurs locaux pour avoir des produits sains. Le Teikei est notre référence historique à l’origine de l’AMAP. Il contribue au maintien des 10 millions de petits agriculteurs japonais.

Le livre : « Histoire de la première AMAP »

Le livre raconte la découverte du concept, l’histoire de la première AMAP, la méthode de transmission, les nombreux témoignages d’acteurs producteurs et consommateurs en France et ailleurs. Un ouvrage indispensable au maintien des fondamentaux des AMAP. En annexe, les outils nécessaires à la création et au fonctionnement de l’AMAP.

Mentions légalesContactez-nousIls parlent de nous sur le web